L’Espace culturel Lucien-Prigent est situé dans le parc de Kréac’h Kélenn, rue du Manoir (au-dessus de la piscine intercommunale) à Landivisiau.

 

L'exposition permanente des oeuvres de Lucien Prigent est visible au deuxième étage.

En période d’exposition (voir rubrique "Les expos à venir") : entrée libre les lundis, mercredis, vendredis, samedis et dimanches de 14h à 17h30. Jusqu’à 18h en juillet.

Accueil du public scolaire et des groupes en dehors des heures d’ouverture, sur réservation auprès du service culturel.

 

Contact :

02.98.68.67.63 - service culturel
02.98.68.30.27 - Espace culturel Lucien-Prigent
service.culturel@ville-landivisiau.fr

 

Lucien Prigent

Une vie de sculpture

1937-1992

 

Né en 1937 à Trémel (Côtes d’Armor), Lucien Prigent montre dès son plus jeune âge des prédispositions pour la sculpture mais les hasards de la vie le font s’exiler à Paris dans les années 1960. Chargé du service postal dans un hôpital le jour, il intègre l’École Boulle pour des cours du soir.
Il côtoie et travaille pour de nombreux artistes dans des ateliers : Jean Zorko, Léon Indenbaum, Jean Terzieff...

En 1961, il rencontre celle qui allait devenir sa femme, Suzanne et en 1964 naît leur fils Alain, trop tôt disparu.
La famille s’installe à Villiers-sur-Marne (Val-de-Marne) où Lucien Prigent fera des rencontres artistiques décisives et pourra pleinement laisser parler sa passion pour la sculpture. En 1974, il est chargé des cours de sculptures au centre culturel de Villiers-sur-Marne.
Il expose dans la plupart des salons parisiens et participe à de nombreuses expositions de groupe de banlieue et en province.
Il reçoit en 1981 la médaille d’argent de la Ville de Paris.

 

En 1984, c’est le retour aux sources : Lucien Prigent revient près du village qui l’a vu naître et y installe son atelier.
Il participe à de nombreuses expositions dont le Salon de Sculpture de Landivisiau - créé en 1989 en partenariat avec l’association Sculpteurs Bretagne -  auquel il reste fidèle jusqu’à sa mort, en 1992.

 

Partie à l’origine d’une figuration populaire bretonne, son œuvre s’oriente peu à peu vers une expression plus personnelle où les différentes essences de bois sont privilégiées (buis, orme, châtaignier, frêne, tilleul, noyer...). Les courbes souples et douces de ses sculptures émergent des troncs d’arbres pour évoquer ses thèmes préférés : l’homme, le corps de la femme, l’oiseau. De facture contemporaine, ses œuvres font côtoyer l’abstrait et le figuratif dans une même harmonie.

Après la mort de son époux, Suzanne Prigent, accompagnée par l’Association des Amis de Lucien Prigent, lègue la majeure partie de son fonds d’atelier à la Ville de Landivisiau, soit près de 200 œuvres, sculptures et esquisses.

L’Espace culturel Lucien-Prigent, lieu de découverte artistique qui porte son nom, est inauguré en juin 2002.

 

        


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posture, 1984, orme

Le porteur, 1983, noyer

Le bouclier, 1980, tilleul

 

L'atelier du sculpteur

 

Lieu de travail par excellence de l’artiste, l’atelier occupe une place fondamentale dans la genèse d’une sculpture.

La reconstitution fidèle de l’atelier de Lucien Prigent à Plouégat-Moysan permet d’observer et de découvrir les outils du sculpteur ainsi que les différents matériaux qui entrent en jeu lors des phases de création.

Sur l’établi, les principaux outils utilisés dans les opérations de taillage et de finition sont présents : hache, scie, compas, ciseau à bois, gouges, gradines, râpes, burins, maillet...
Tous ont appartenu à Lucien Prigent.