Tous les  renseignements sur la nouvelle saison auprès du service culturel

 
 
Horaires d'ouverture : 

Lundi > 9h-12h / 13h30-17h30

Mardi > 9h-12h / 13h30-17h30

Mercredi > 9h-12h / 13h30-18h

Jeudi > 9h-12h / 13h30-17h30

Vendredi > 9h-17h30

 

Tél : 02.98.68.67.63

mail : service.culturel@ville-landivisiau.fr

 

Le service culturel est situé : 

16 rue du Général de Gaulle

29400 LANDIVISIAU

 

 

 

A partir de 14 ans

>1H

 

TARIF B

> NORMAL 20 €

> REDUIT 17 €

> JEUNE 6 €

LES NAUFRAGES

VENDREDI 15 OCTOBRE 2021 > 20H30

THEATRE

Mon Traître et Des hommes en devenir, joués au Vallon en 2017 et en 2019, ont laissé un souvenir tellement fort qu’accueillir la dernière création d’Emmanuel Meirieu était une évidence. Place cette fois aux Naufragés de notre société, à qui il rend un hommage vibrant en adaptant le texte de Patrick Declerk, avec toujours autant de force et de cœur.
Tel un explorateur sur un territoire ignoré, le journaliste et psychanalyste Declerck s’est immergé plusieurs mois dans le monde souterrain des clochards de Paris, partageant la crasse avec eux jours et nuits.
L’un d’eux l’obsède encore : Raymond. Raymond qui s’est laissé mourir de froid une nuit d’hiver, incarné par le formidable comédien François Cotrelle. Face au public, il crache ses mots dans un décor de fin du monde, devant la proue d’un immense navire rouillé. Fidèle à sa direction d’acteur, Emmanuel Meirieu amène son personnage comme le public au bord des larmes. L’apparition fantomatique du musicien et chanteur Stéphane Balmino, dont l’écho de la voix résonne lontemps au Vallon, nous laisse à penser que, peut-être, tout ça n’était qu’un songe.

 

 

« Emmanuel Meirieu ne sait pas créer un spectacle sans être totalement habité par son sujet. Un mausolée théâtral pour les sans-abris.» » - Le Monde
«  Un spectacle d’une intensité visuelle et émotionnelle exceptionnelle. D’une maîtrise absolue » -  France Culture
« On ne sort pas indemne des spectacles d’Emmanuel Meirieu (…) : la force d’un théâtre qui sait ouvrir grand nos yeux et les mouiller de larmes » - Les Echos
«  Un spectacle invraisemblable par son embrasement autant spatial que poétique. Un monument pour les fracassés. » - Mediapart